Le Castor -  Avantages écologiques et économiques du castor - synthèse

I. Action de coupe d'arbre par le castor




Effets de l'action sur le plan de :

Le castor coupe les arbres sur les berges pour se nourrir de leur écorce et, en été, de leurs feuilles et de leurs bougeons. 60% de ses coupes se produisent à moins de 5m de l'eau.



Description - commentaires

1. la biodiversité
Sans le castor, les arbres croissent jusqu'à leur climax et se referment sur le milieu aquatique où leur couronne est moins  en concurrence avec la couronne d'autres arbres. Ce faisant, ils diminuent la quantité de lumière qui accède au milieu aquatique. Le castor, en coupant les arbres, maintient l'équilibre entre la forêt et la rivière. En fait, il éclaircit les fonds de vallée, la lumière réinvestit le milieu aquatique, favorisant successivement le développement des planctons, ensuite des poissons et des batraciens se nourrissant tous deux de planctons, enfin des martins-pêcheurs, des hérons et des cigognes se nourrissant tous trois de poissons et de batraciens pour les deux derniers.
2. la prévention de l'érosion des berges
Sans le castor, les arbres se referment sur le milieu aquatique jusqu'à ce qu'entraînés par leur poids, ils versent dans l'eau, arrachant toute la berge. Chaque année, des centaines d'arbres basculent dans les rivières wallonnes. Le castor, par son travail de coupe, remplace la strate d'arbres à hautes tiges (le plus souvent inclinées vers l'eau) par une strate arbustive, c'est-à-dire constituée d'arbustes, de buissons qui présentent un faible poids par rapport à leur volume racinaire. Cette strate arbustive, comme il a été maintes fois démontré, protège les berges de l'érosion de façon dynamique. Le recépage des troncs de bois tendres et des branches en bas de berge permet de maintenir des tiges fines et souples, au contact des forces hydrauliques les plus fortes. La vitesse d'arrachement est ainsi grandement diminuée et la force d'arrachement réduite. De ce fait, les matériaux transportés en suspension  dans l'eau (argiles, limons et sables) se déposent en pied de berge. Ce phénomène renforce ainsi la stabilité des sols, car des plantes semi-aquatiques (hélophytes) et des nouvelles racines  de saules peuvent  se développer  dans des conditions optimales.
3. la prévention de l'érosion des sols
La ripisylve, càd la forêt rivulaire ou encore la forêt de berge entretenue par les castors, protège les sols, notamment les sols agricoles, de l'érosion par lessivage (précipitations). Sans le castor, certains arbres de la ripisylve, quand elle existe, culbute dans l'eau et crée des points d'érosion des berges et des sols. 
4. la protection des eaux
Les effluents agricoles lessivés par la pluie sont épurés par le transit racinaire de la ripisylve entretenue par le castor avant de se retrouver dans la rivière. La ripisylve est la station d'épuration  de l'agriculteur.